top of page

Les travailleurs étrangers temporaires sont de plus en plus employés dans des secteurs à faible rémunération.



workers


Une analyse récente de Statistique Canada révèle une tendance significative sur le marché du travail canadien : les travailleurs étrangers temporaires sont de plus en plus employés dans des secteurs à faible rémunération.


Ce blog examine ce changement, ses implications et d'autres aspects cruciaux pour comprendre l'évolution du paysage des travailleurs étrangers temporaires au Canada.


Concentration dans les Secteurs à Faible Rémunération

Selon le rapport de Statistique Canada, trois secteurs — l'hébergement et les services de restauration ; le commerce de détail ; et les services administratifs et de soutien, la gestion des déchets et les services de remédiation — sont devenus des employeurs importants de travailleurs étrangers temporaires. Ces secteurs ont représenté plus de 40 % de tous les travailleurs étrangers temporaires ces dernières années, une augmentation notable de 33 % en 2010 à 43-45 % en 2019-2020. Ce changement est particulièrement significatif compte tenu de l'impact de la COVID-19 sur des secteurs comme l'hébergement et les services de restauration [source : Rapport de Statistique Canada, Yuqian Lu et Feng Hou].


Dépendance Spécifique au Secteur envers les Travailleurs Étrangers Temporaires

La dépendance envers les travailleurs étrangers temporaires varie considérablement d'un secteur à l'autre. Cette variation est attribuée à des pénuries de main-d'œuvre uniques et à des exigences spécifiques en matière de compétences dans différents secteurs. La tendance vers des secteurs moins bien rémunérés peut refléter des changements plus larges sur le marché du travail et la disponibilité des travailleurs domestiques dans ces domaines.


Stabilité vs Expansion dans l'Emploi des Détenteurs de Permis

Alors que le nombre de détenteurs de permis dans le cadre du programme des travailleurs étrangers temporaires est resté relativement stable, il y a eu une grande expansion du nombre de détenteurs de permis de travail et d'études employés dans ces secteurs. La proportion de travailleurs étrangers temporaires dans les trois secteurs à faible rémunération est passée de 23 % à 14 % de 2010 à 2019. En revanche, ceux relevant du programme de mobilité internationale ont presque triplé, avec une légère augmentation dans ces secteurs de 42 % à 45 % [source : Rapport de Statistique Canada, Yuqian Lu et Feng Hou].


Augmentation des Détenteurs de Permis d'Études dans l'Emploi

Il y a eu une augmentation de neuf fois du nombre de détenteurs de permis d'études déclarant des revenus d'emploi, avec un bond significatif de ceux travaillant dans les trois secteurs — de 12 % à 65 %. Cela met en évidence une tendance croissante des étudiants internationaux à rechercher un emploi au Canada, souvent dans des secteurs moins bien rémunérés [source : Rapport de Statistique Canada, Yuqian Lu et Feng Hou].

Impact sur le Marché du Travail Canadien


L'afflux de travailleurs étrangers temporaires dans des secteurs à faible rémunération soulève des questions sur la compression des salaires et les opportunités d'emploi pour les travailleurs domestiques. Cette tendance pourrait avoir un impact sur les niveaux de salaire et les conditions de travail dans ces secteurs, affectant potentiellement la qualité globale des emplois disponibles tant pour les travailleurs nationaux qu'étrangers.


Implications Politiques et Orientations Futures

Cette tendance pose des défis significatifs pour les décideurs politiques, qui doivent équilibrer les besoins des employeurs, les aspirations des travailleurs étrangers temporaires et les droits de la main-d'œuvre domestique. Les orientations politiques futures pourraient inclure la révision de la réglementation des permis de travail, se concentrer sur la formation des compétences pour les travailleurs domestiques et assurer des pratiques de travail équitables dans tous les secteurs.


Conclusion

Le changement des modèles d'emploi des travailleurs étrangers temporaires vers des secteurs moins bien rémunérés au Canada est un phénomène complexe aux implications vastes. Alors que le Canada continue de naviguer dans ces changements, une approche multifacette impliquant tous les acteurs — gouvernement, industrie et groupes de travail — sera essentielle pour relever les défis et saisir les opportunités présentés par cette tendance.

8 vues1 commentaire

תגובה אחת


C'est très bon

J'espère trouver un emploi

j'attends au plus vite

Acceptez le salaire le plus bas

לייק
bottom of page